Appel pour le vote du second tour des municipales à Besançon: Barrage à la droite

Pour le second tour des élections municipales à Besançon, dimanche 28 juin, nous avons fait connaitre notre position :

Les résultats du 1er tour sont sans appel. La liste « Besançon par Nature » conduite par Anne Vignot (EELV) sera la seule au 2ème tour à pouvoir empêcher la droite, dans ses deux versions, Ludovic Fagaut (LR) ou Éric Alauzet (LRM) de s’emparer de la Mairie de Besançon.
Ensemble! (Mouvement pour une Alternative de Gauche Écologique et Solidaire) regrette cependant que les deux listes représentant les sensibilités qui partagent les gauches n’aient pu se mettre d’accord pour fusionner et présenter une liste unie au 2ème tour.
Ensemble! reste mobilisé pour susciter des avancées sur ses fondamentaux dont l’implication des citoyen·ne·s, la re-municipalisation des « communs », l’accueil des migrant·e·s, la régularisation des sans-papiers, l’attention portée aux précaires et aux plus démuni·e·s, l’orientation écologique.
Ensemble ! appelle les électrices et les électeurs à faire barrage à la droite sous ses deux formes (LR et LREM). Sans illusion et en restant très exigeant sur nos revendications sociales et écologiques, nous appelons à voter Anne Vignot au second tour ».

Ne pas confondre « Ensemble ! pour Besançon » et « Ensemble! Franche Comté »

La semaine passée, à Besançon, Alexandra Cordier, membre dissidente de La République en Marche a annoncé que sa liste Ensemble ! pour Besançon soutiendrait au second tour celle de Ludovic Fagaut (LR, UDI). Nous avons donc envoyé un communiqué à la presse :« Ensemble! (MAGES, Mouvement pour une Alternative de Gauche, Écologiste et Solidaire) est un mouvement politique présent sur la scène politique nationale et bisontine depuis de nombreuses années. Nous tenons donc à faire savoir que nous n’avons rien de commun avec l’utilisation du nom de notre mouvement par Alexandra Cordier.
A fortiori, résolument ancré à gauche, Ensemble! ne saurait être engagé par son appel à voter au 2ème tour pour Ludovic Fagaut le candidat de la droite, un adversaire que nous sommes pour notre part déterminés à combattre.
Ensemble! Besançon »

Municipales sur Le Havre et son agglo

Bonjour tous et toutes,

Je profite du report du second tour et que nous n’ayons plus le nez dans le guidon pour vous transférer les deux messages ci-dessous.
– le premier (de l’assistant de Jean-Paul Lecoq qui a pris en charge l’aspect organisationnel de la campagne depuis un an), qui résume bien les deux derniers jours écoulés depuis les résultats. Il explique entre autres pourquoi il n’y aura pas de fusion avec la liste verts/PS au second tour. D’abord parce que le PS n’était demandeur de rien (il a admis qu’ils avaient fait une connerie de s’allier avec les bobos) et parce que la fusion uniquement avec les verts était conditionnée de notre part à l’absence du couple Deck sur la liste (pour faire court : Deck=licencieur de salariés en contrat d’insertion, islamophobe convaincu et connu, accessoirement partouzeur avec sextapes en possession de gens, on ne sait pas trop qui, car cet abruti s’est fait voler les vidéos de ses ébats).
– le second est le communiqué du même Deck, qui ne doute de rien, et pose ses exigences. Nota : lorsqu’il dit il a rejeté certaines propositions […] ainsi que sur la laïcité.
c’est juste pour dire qu’il a exigé (sic) qu’en cas de fusion, il n’y ait plus de femmes voilées sur notre liste, alors qu’il y en a deux, qui n’ont pas beaucoup dû gêner nos 35,88% d’électeurs-trices.

L’analyse rapide que l’on peut faire de notre score est simple : une partie des gens a voté pour le programme et notre liste/campagne originale, une autre a voté contre Édouard Philippe. Notre programme, comportant un vaste volet écologiste plus ambitieux que la liste EELV/PS a attiré une partie des électeur-trice-s d’EELV, ceux et celles qui militent pour une écologie sociale, débarrassée du capitalisme. Ce qui reste des verts, leur score de 8,3%, est en grande partie soluble dans le libéralisme (tête de liste comprise) et il n’est pas sûr du tout que nous ayons pu récupérer ces voix lors du second tour. Par contre, c’est triste à dire, mais nous récupèrerons sans doute une partie des voix du RN, celles des gens qui ne votent RN qu’en protestation, et sans convictions arrêtées. Notons toutefois que le vote RN a été quand même divisé par deux depuis 2014.

Bonne lecture,
Gilles

Bonsoir à toutes et à tous,

La nuit dernière ayant été courte et la journée plus que chargée, confuse à bien des égards et incertaine quant à ses conclusions, je prends l’initiative d’en faire un résumé que chaque délégué.e du Collectif et colistier pourra compléter à volonté… D’autant que nos espaces de confinement respectifs sont désormais propices aux échanges dématérialisés !

Et tout d’abord, puisque cette séquence avait débuté hier soir de si belle manière, encore un grand grand merci à toutes et à tous pour votre engagement, votre énergie, le coeur que vous avez mis dans cette première partie de campagne. Le résultat historique obtenu hier par notre liste dans un contexte des plus compliqués, est déjà une grande victoire. Une belle reconnaissance du travail déjà accompli. Il est porteur d’espoir qu’il nous faudra traduire au second tour fin juin, en préservant entre nous l’unité indispensable à la réussite de notre projet collectif.

Car ce soir, vous le savez, ce second tour est reporté en juin et, contrairement à ce que nous avions pu anticiper des discussions nationales qui se sont déroulées dans la journée, sans le dépôt de la liste demain. Notre liste pour le second tour devra par conséquent être déposée selon un calendrier qui sera prochainement révélé, et probablement en juin.

Techniquement, cette liste du 2e tour ne peut comporter que des candidats présents au 1er tour sur notre liste et éventuellement sur la liste EELV/PS.

L’autre liste présente au 1er tour

Politiquement, la question d’une éventuelle fusion a animé une bonne partie de la fin de soirée et du début de nuit en présence de la quasi totalité des colistiers et des délégué.e.s du Collectif de campagne qui ne sont pas candidat.e.s, puis elle s’est prolongée toute la matinée en présence de celles et de ceux qui ont pu se rendre disponibles.

Les conditions d’une possible fusion (je dis possible car nous l’avons tous constaté hier soir, le désir de fusion n’a pas fait l’objet d’un consensus entre nous, loin de là) ne pouvait se discuter dès lors que 3 conditions non négociables étaient acceptés par l’autre liste ET par son tête de liste qui en cette qualité doit donner son accord :

– signature préalable de la charte des candidats « Un Havre citoyen » qui intègre notamment la déclaration de principe de notre démarche et l’association Maire/Président de l’agglomération

– pas de présence du couple Deck sur la nouvelle liste pour des raisons d’incompatibilité avec les valeurs portées par notre campagne et notre liste

– application éventuelle du score de cette liste uniquement sur le tiers politique de notre liste, soit 4 sièges max, dans le respect de l’ordre actuel de la composition de notre liste.

Ces conditions pour ouvrir la discussion sur une éventuelle fusion n’étaient toujours pas réunies à 10h, heure déterminée pour permettre à notre liste de se réunir pour statuer, ni à 12h heure butoir par rapport à notre obligation de déposer chez l’imprimeur l’affiche et la circulaire du second tour. Absence de réponse sur ces préalables à la discussion malgré deux relances effectuées dans les matinées.

Conformément à ce qui avait donc été fixée hier dans la nuit, les délégués et colistiers présents ce matin ont déclaré « clos » la période de possible discussion.

Une demi heure après, Stéphane Madelaine délégué par Jean-Paul pour répondre à l’appel (enfin) d’Alexis Deck s’est fait entendre dire que ce dernier demeurerait présent sur la liste en cas de fusion.

Fidèle à lui même, le sieur Deck s’est ensuite répandu en mensonges auprès du secrétaire de section du PS, puis dans la presse sur la teneur de son échange avec Stéphane…

J’ajoute sur ce premier chapitre que :

– les premiers retours de Jean-Paul dans la matinée, des messages et appels téléphoniques qu’il a reçu laissaient clairement entendre un soutien apporté à notre liste par des ténors nationaux, socialistes inclus et probablement EELV également.

– qu’au delà de la situation des Decks, la présence sur une liste fusionnée du secrétaire de section du PS pose problème à une partie des organisations politiques présentes sur notre liste et à des délégués du Comité citoyen. Cet aspect n’a cependant pas été exposé en dehors de notre réunion interne puisque la discussion avec les représentants de cette liste n’a pu avoir lieu ce matin comme exposé précédemment.

Notre campagne…

Compte tenu du contexte sanitaire, très rapidement ce matin les délégués présents et colistiers, en plein accord avec Jean-Paul, ont décidé de suspendre la campagne de terrain, y compris la conférence de presse prévue mercredi et le meeting du soir, pour développer une télécampagne (campagne à partir des réseaux sociaux, de la presse, du téléphone, de courriers etc etc…). Un communiqué de presse a été rédigé et diffusé dans la matinée. Puis il a été complété par un communiqué plus long, rédigé sur le temps du midi et intégrant le remerciement aux électeurs et l’appel à la mobilisation pour le second tour. Des difficultés de fonctionnement des framalistes ont perturbé la diffusion de ces deux communiqués. Si vous ne les avez pas eu, vous pouvez les retrouver sur le Facebook « Un Havre Citoyen » https://www.facebook.com/unhavrecitoyen/ et je pense que Stéphane va le reprendre sur le site de campagne.

Ce soir, compte tenu des annonces présidentielles puis gouvernementales, un dernier communiqué a été rédigé pour annoncer la suspension de notre campagne.

Et, sur le plan humain, il va falloir organiser les conditions de nos échanges (et décisions). Et je vois guère que les courriels et appels téléphoniques pour continuer à avancer dans l’immédiat…

Voilà, j’ai essayé d’être le plus complet possible…

Merci encore pour ce que vous avez fait et plus encore pour ce qu’il nous reste à faire !

Que chacun.e prenne bien soin de lui-même et des autres..

Municipales sur Caen et l’agglo

Ensemble soutenait 4 listes sur l’agglo, nous étions à l’origine d’un travail en commun sur les 3 axes pour la communauté : les résultats sont mitigés

Caen :

Ville de tradition modérée où la gauche n’a ey qu’une fois la mairie : 5 listes à gauche avec une liste EELV plutôt centriste mais avec le PCF qui a fait une campagne purement écolo avec beaucoup de moyens financiers. La droite LR et ses alliés traditionnels + LREM a réussi à passer ua 1er tour. EELV ne fait pas le score attendu par ses dirigeant qui pensaient bénéficier de l’impression d’ouverture avec le soutien du PC et de cap21. Le PS , malgré une cmapgne de gauche pour les transports gratuits- passe sous la barre des 10 % contre 26 % en 2014 pour la liste de l’ancien maire PS.

Nous avions fait le choix de soutenir -malgré le départ du PC- la liste ciibervilletoyenne « Caen en commun » dont nous partageons la démarche depuis plus d’un an : le résultat est encourageant « en dépassant les 5 % ( comparable à celui de 2014 ) et bat le RN de quelques voix au terme d’une dynamique de campagne impulsée par une nouvelle génération militante. Caen en commun continue avec un élu ( Caen et agglo) comme mouvement citoyen avec le projet d’un regroupement citoyen sur l’agglo : logement ( y compris les migrants ) , transports gratuits…

FI avait refus une liste commune avec la liste citoyenne persuadés que la dynamique Mélenchon allait leur permettre de s’imposer à gauche de la gauche : Le résultat est calamiteux, ils n’ont pas été crédibles comme liste citoyenne et sont apparus comme dans une démarche partidaire : le résultat avec presque 20 fois moins de voix que Mélenchon et un pourcentage de 2,65 % ( Mélenchon 23). LO fait du LO avec 1,12 %

Mondeville

Ville socialiste depusi longtemps, la maire sortante PS a rejoint LREM avec une partie de la section socialiste : elle est réélue au premier tour avec 57 % des voix ; Ensemble soutenait une liste citoyenne qui est arrivée seconde avec 23 % ; une troisième liste regroupait dérrière un ancien macronnien PRG , une autre partie du PS, cap 21 et EELV 11 % . le RN a une seule élue avec 9 %

Hérouville St Clair ( 2ème ville du Calvados )

C’est une ville de gauche mais dont la mairie est à droite depuis 2 mandats suite à une division de la gauche. Malgré une liste citoyenne et unitaire la gauche fait avec 30 % un mauvais résultat. La maire sortant (droite) l’emporte avec 60 % ( et 67 % dans le quartier le plus populaire). Pas de liste RN : c’est la ville la plus mélangée du Calvados mais le FN n’y a jamais fait de score

Ifs

Le maire sortant droite -qui a conquis la mairie la dernière fois par surprise à cause du PS local qui a joué la division contre une liste citoyenne – manque de peu la réélection au premier tour ( 48%). La déception est grande pour la liste citoyenne et unitaire avec l’ancien maire que nous soutenions qui ne fait que que 33 %. Le PS fait 18 % , la gauche est minoritaire dans une ville traditionnellement de gauche

Blainville sur Orne

La liste « action citoyenne pour Blainville » unitaire bat le maire sortant ex-PS et macron-compatible allié au PS de 19 voix.

C’est une bonne nouvelle avec la réélection de la liste PC à Giberville (100 %, le FN a disparu) et à Dives sur mer 66 %

L’épreuve municipale, un tournant à négocier ( C Autain et E Faucillon)

Ce week-end, le premier tour des élections municipales risque d’avoir des allures contradictoires. Selon un sondage Ifop, 28% des Français seraient prêts à ne pas se déplacer pour cause de coronavirus, ce qui pourrait modifier les coordonnées du scrutin. Alors, à quoi peut-on s’attendre ?

Une raclée électorale pour la macronie est à portée de main. Il est frappant de voir que le « nouveau monde » se révèle pour de qu’il est, un alliage de vieilles recettes et d’ancrage à droite toute. Il est notable que ce soit souvent des maires LR qui ont hérité du label LREM. La tour d’ivoire dans laquelle s’est retranché le pouvoir en place n’est pas un repli convaincant pour renouveler avec la confiance des électeurs. Fait symptomatique, Édouard Philippe, pourtant ancien maire du Havre, est en difficulté dans son ancien bastion face à Jean-Paul Lecoq, candidat communiste prêt à lui ravir la mairie en conduisant une liste de large rassemblement. Après le 49.3, le Premier ministre dévisse dans les sondages. Quant à Paris, la campagne d’Agnès Buzyn n’atteste pas d’une grande forme dans cette ville où le potentiel LREM est pourtant très fort… Bien que réjouissante, cette possible claque électorale pourrait être gâchée par le score du Rassemblement National. La formation d’extrême-droite, élections après élections, cultive son implantation locale et menace de s’appuyer sur davantage d’élus municipaux. Une majorité de la population (56%) pense désormais que son arrivée au pouvoir est possible. Les prophéties auto-réalisatrices des années précédentes nous avaient déjà embarqués dans un deuxième tour quasi obligatoire face à Marine Le Pen. Cette ascension dit l’urgence à bâtir une alternative émancipatrice face au duopole Macron/Le Pen.

Malgré les nombreuses expériences de rassemblement au sein de la gauche et des écologistes, c’est l’éclatement qui domine. Les combinaisons sont si multiples qu’il est bien difficile de s’y repérer. Il n’y a pas lisibilité nationale, les résultats seront d’ailleurs plus longs et plus difficiles à analyser. Réjouissons-nous que la composante citoyenne soit à l’honneur dans cette élection. Elle confirme l’immense demande d’implication qui ne cesse de s’exprimer dans notre société, sous fond pourtant d’une terrible crise de confiance dans nos institutions. Malheureusement, chaque formation politique à gauche a tout de même voulu miser avant tout sur un succès personnel dimanche, comme si cela éclairerait automatiquement le champs politique pour 2022, l’épreuve municipale passée. EELV espère une vague verte et n’a, pour l’essentiel, accepté de rassemblement que derrière une candidature de sa propre formation. Le PS croit pouvoir sortir de ses décombres à l’occasion de cette élection locale où il compte un nombre significatif de sortants. À l’inverse, la FI n’a pas de maillage municipal constitué : elle ne peut donc, presque mécaniquement, sortir que renforcée en nombre d’élus– ne doutons pas que les insoumis sauront valoriser leur percée. Enfin, les communistes doivent relever le défi de conserver leurs derniers bastions historiques pour escompter ne pas plonger plus avant dans le déclin. De Génération.s à Place publique, d’Ensemble à la Gauche Républicaine et Socialiste, il reste encore de petites organisations qui, en général, sont venues prêter main forte à des configurations unitaires. Bien malin qui peut y voir clair dans ce paysage atomisé…

La période de l’après-municipale sera ainsi cruciale pour notre camp social. Le double défi qui s’impose scellera la possibilité en 2022 d’en finir avec Macron et son ticket gagnant qu’est Marine Le Pen. Conjurer l’avènement des égos et le spectre de la division ne sera pas une tâche facile, et reposera autant sur la capacité de se rassembler que de faire émerger un projet commun sur lequel peut reposer une telle tentative. L’ébullition sociale et écologique du pays nous rappelle chaque jour l’immense potentiel d’une option radicale de transformation que nous portons à gauche mais de façon encore trop dispersée. Nous n’avons plus le droit à l’erreur, avant la ligne droite de la présidentielle. Un tournant est à négocier, serrons à gauche ! Vertement !

15 mars BESANCON: Rendez vous au soir du premier tour

Vous avez pris connaissance de la position d’Ensemble! pour le premier tour des élections municipales à Besançon.

Pour ma part je voterai pour la liste Besançon Verte et Solidaire.

Comment en est on arrivé à la présentation concurrente de cette liste avec celle de la gauche plurielle, Besançon par Nature ?

Il n’est pas inutile d’y revenir, d’y réfléchir et d’essayer d’envisager l’avenir. D’un point de vue électoral, et ça commence par le second tour qui se jouera le 22 mars, mais également du point de vue des perspectives sociales, du prolongement politique et même organisationnel, en ces temps de restriction des libertés suite aux décisions gouvernementales face aux mouvements sociaux et (plus ou moins sincères) face à l’épidémie virale qui s’étend.

Quel avenir pour le système ? Quel avenir pour celles et ceux qui le combattent ?

Bref, quelle situation d’avant second tour aurons nous demain soir et comment s’impliquer, militer, pour changer le monde.

TouTEs ensemble on a plus d’idées que seulE.

On pourrait boire un coup et grignoter, dimanche 15 mars, après la soirée électorale du Kursaal qui est maintenue, au local, 2 rue du Porteau.

A bientôt j’espère.

Gaby

Ensemble! appelle les électrices et électeurs

Ensemble! (Mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire) constate la présence de plusieurs listes de gauche pour l’élection municipale à Besançon. Au moment où de nombreux mouvements sociaux montrent une implication citoyenne importante, Ensemble! rappelle que l’objectif doit être une démocratie authentique au service d’objectifs sociaux et écologiques bénéficiant en premier lieu à celles et ceux qui vivent du fruit de leur travail et pas à celles et ceux qui « parasitent » la société.
L’élection municipale est l’échéance électorale qui permet de s’impliquer en politique au plus près des préoccupations des citoyen·ne·s. Des membres d’Ensemble ! se sont impliqués, soutiennent ou font campagne pour les listes conduites par Anne Vignot ou Claire Arnoux.
Dans cette configuration de concurrence à gauche Ensemble! appelle les électrices et électeurs à se mobiliser contre les listes qui se situent à droite (afin qu’elles n’aient aucune perspective de gagner la ville) et à voter le 15 mars pour les listes de gauche (Besançon par Nature, Besançon Verte et Solidaire et Faire entendre le camp des travailleurs).

Vendredi 14 février, 16h00: Gouter-présentation du programme municipal, Organisé par la liste Besançon Verte et Solidaire

Gouter-présentation du programme municipal
Vendredi 14 février, 16h, au Brunch La Paloma, 14 rue Lafayette
Organisé par la liste Besançon Verte et Solidaire

Jeudi 20 février, 19h00: Besançon Réunion programmatique organisée par la liste Besançon Verte et Solidaire

Réunion programmatique municipale
Jeudi 20 février, 19h, bar le café, 159 rue de Belfort, Besançon
Organisé par la liste Besançon Verte et Solidaire
Ce sera un atelier de synthèse et de validation du programme de la liste pour les élections municipales